Pour donner une consistance poétique à la définition de l’expérience comme moment esthétique, nous pourrions en passant nous autoriser à placer l’expérience sous le tempérament philosophique, avec quelques images bachelardiennes.

« Ils apparaissent à nos yeux comme des instants majorés, ils sont des instants d’univers. Ils ne nous appartiennent pas, ils nous sont donnés. Ces instants marquent la mémoire, ils reviennent dans la rêverie, ils gardent leur dynamique d’imagination. »

Expérimenter est une entreprise « magmatique ». Dans son sens algébrique, un magma est la base neutre, il est en quelque sorte « l’âme vierge » de la statue de Condillac auquel on délivre au fur et à mesure les cinq sens qui lui permette d’appréhender, d’expérimenter son système propre et son environnement (à l’odeur la rose au demeurant). Ce don des sens progressif correspondrait à la dotation de loi de composition internes et externes : d’abord l’odorat, loi interne, stimule la mémoire, stabilise le système à l’intérieur de lui-même, ensuite le toucher, loi externe, qui permet d’entrer enfin en relation avec l’environnement… Àu moment de la dotation du deuxième sens, le magma passe dans un état instable — au sens mathématique, il devient monoïde—, il y a discontinuité qualitative entre les deux sens, dans ce qu’ils délivrent dans les images mentales produites par les différentes expériences. Vivre une expérience serait se doter d’une nouvelle loi de composition externe, une loi qui nous permet de rétablir une union avec un système d’images réticulées et le moment présent et ce qu’il peut délivrer. La potentialité de l’instant, apporte à la conscience vivante une expérience unifiée et totale. P48

anthopo l’homme se comble par la technique, les technkai et la mémoire

c’est le travail de la nature et le travail de soi :

Sans passer par des métaphores, notre environnement, senti par nos sens, intelligibles par le langage. Le code

qui permettent d’explorer le systèmes d’images sensible qui peuplent son être, les images matérielles qui ne sont pas des images formelles, de synthaxe visuelle, mais aussi (la vue, l’oüie, le toucher) la capacité d’être en relation

(transformation d’un ensemble donné par une opération la mettant en  »péril », mais permettant de la re-définir, par exemple en monoïde). il est aussi bien dans le sens algébrique du terme* que ce que Castoriadis caractérise comme ensidique*. L’expérience est de nature ensidique* les formes et leurs registres nous définissent. (Magma).

Anthropopopiésis et feu, et système bunam.

(*transformation d’un ensemble donné par une opération la mettant en  »péril », mais permettant de la re-définir, par exemple en monoïde).

L’expérience est une condition suffisanteQuant à la nature, en tant qu’être entretenant des relations grammatisées avec des technologies relationnelles.